comment aborder une princesse moderne

 

Alors vous n’osez pas l’aborder ?

 

Les 7 excuses classiques de la princesse moderne…

Par Alban Giacobino, coach de vie et comédien pour Macbeth Matchmaking – Agence de rencontres haut de gamme.

 

Mesdames, le monde des célibataires est désormais autant à vous qu’aux hommes. S’il est vrai qu’il fut un temps où l’on attendait des preux chevaliers qu’ils assaillent vos forteresses, le célibat 2.0 est dorénavant largement votre affaire. Voici l’ère des princesses qui arpentent les arènes de tournois où les mâles, en mal de maux, rivalisent de testostérone pour justement décider de qui ira quérir sa belle… le monde à l’envers en quelque sorte ? Pas si sûr ! Car sur le terrain de la rencontre, il faut toujours deux partenaires.

Mais toute apprêtée qu’elle soit, une princesse peut parfois se laisser gagner par l’une des excuses qui suivent. Tellement dommage ! Et pas seulement pour le chevalier qui risque de rouiller dans son armure, non ! Surtout pour la belle qui se refuse une jolie rencontre…

 

1, L’excuse Cro Magnon : C’est au chevalier de faire le premier pas ! L’homme est un chasseur et le restera…

Aie ! Voici notre princesse en phase avec une des plus vieilles croyances de l’humanité ! Enfin, disons une qui a encore de beaux jours devant elle : « Ce sont les hommes qui dirigent, les hommes qui décident, les hommes qui (mettre le verbe correspondant à votre croyance…) ». Alors naturellement, à rester crochée sur ces petits mots, dès lors que vous serez en face d’un chevalier qui va évidemment comprendre que vous l’intéressez (logique son radar lui indique tout), vous n’aurez plus qu’à attendre qu’il avance prestement vers vous…
Trois possibilités alors :

A, Il n’a juste pas vu les choses comme vous (pour autant qu’il vous a effectivement vue) et pour lui, l’heure n’est pas encore à la rencontre… #OnNeBougePas

B, Il vous a vue, n’en pense pas moins mais… Il a comme qui dirait besoin de courage, de soutien ou d’autre chose. Une guerre des tranchées s’installe : Il ne bouge toujours pas.

C, Il vous a vu et… bingo ! Vous êtes face à un de ces hommes qui prend les choses en mains (mais oui, il en reste !) et il avance vers vous ! Va-t-il s’arrêter en chemin ? Ah ! Vous n’y aviez pas pensé hein ?

La solution ? Si vous êtes véritablement face à un chevalier qui ne vous laisse pas indifférente, prenez l’initiative de réduire vous-même la distance qui vous en sépare. Une fois à côté vous pourrez toujours l’aborder en parlant du trajet que vous avez accompli pour venir…

 

2, L’excuse mode Bridget Jones : Là… c’est vraiment pas le moment! Pas maquillée, mal fagôtée, cheveux en bataille et nuit difficile… No way !

Et oui ! Le génie du miroir a encore frappé ! Ou disons plutôt qu’il a oublié de vous prévenir qu’aujourd’hui vous n’étiez pas à votre optimum sur l’échelle « beauté fatale ». Que faire alors ? Rebrousser chemin face à celui qui fait battre votre cœur ? Cela peut sembler naturel mais qu’en est-il réellement de ces expressions si personnelles de votre apparence physique ? Il ne s’agit pas de s’asseoir sur vos principes mais plutôt de mettre en balance ce que vous ressentez et ce que vous dégagez.

Allez ! Soyons honnêtes. Vos facéties visuelles, dont vous estimez qu’elles devraient vous rendre digne d’être repoussée, ne devraient pas balayer l’élan de votre organe cardiaque qui ne demande qu’à battre plus fort… Qui vous dit qu’il va focaliser sur cet épi rebelle qui en même temps fait tout votre charme ? Ou encore, pourquoi croire que ce pull rayé, avec ce cerf si mignon dessus, sera un repoussoir de prince charmant ?

Votre attitude, si elle est sincère et intense, sera toujours plus percutante que les défauts d’apparence que vous vous trouverez. Sans compter que son regard pourrait être attiré par autre chose. Eh oui ! Et s’il écoutait attentivement vos propos ? (C’est surprenant un homme parfois !)

 

3, L’excuse mode « Groupie dépitée » : Il est trop beau, trop grand, trop fort… Il a forcément déjà sa princesse.

On rejoint là le point des croyances et rien n’est plus aléatoire que de fantasmer sur son chevalier ! « Oui, il va sûrement retrouver sa belle dans son manoir et elle lui a préparé un somptueux mets qui l’attend entre deux chandeliers argentés, tandis que le lit à baldaquins avec les draps en soie s’apprête à accueillir leurs élans amoureux au son du crépitement des bûches qui s’activent dans la cheminée… »

Ou alors, il va se taper le carton avec son compagnon Lancelot dans « l’auberge du rat noir », vider 3 grandes pintes d’hydromel avant de rentrer sur son canasson boueux en passant par un chemin détrempé. Ah ! Et pas de princesse à la maison (enfin le local où il se couche).
Solution : Vous n’en savez rien ! Allez aborder ce recueil d’interrogations et ne revenez qu’avec des réponses!

 

4, L’excuse béquille ou chandelier : Trop envie d’aller vers ce beau chevalier mais à tous les coups, l’écuyer à côté, en mode boulet gluant, va court-circuiter ma démarche et ne va plus me lâcher.

Oui, votre chevalier est un être social et parfois d’autres humains sont à ses côtés. Incroyable non ? Et dire que vous pensiez qu’il allait vous attendre seul !

La solution est pourtant simple en même temps que très pratique : La béquille en question peut s’avérer une précieuse source de renseignements en même temps qu’elle peut permettre de briser la glace. Et s’il y a méprise sur vos intentions, sentez-vous libre de lui confier qu’il a d’excellentes relations (en l’occurrence votre chevalier dans le viseur) mais que vous ne serez pas sa prochaine !

 

5, L’excuse Disneyland : Ça arrivera quand ça arrivera. Là, ça n’arrive pas donc ça doit arriver plus tard, ou alors ça n’arrivera pas… #DestinQuandTuNousTiens…

« Chère princesse, le parchemin de votre vie est dur à lire car chaque jour s’écrit au rythme de votre plume et aujourd’hui est un bon jour pour une rencontre…
Amicalement.

Signé : Votre courage ».

…Dois-je développer ?

 

6, L’excuse mode « Question pour un champion » : « Je sais comment ça va se passer, j’ai déjà testé une fois et j’ai été prise pour la princesse affamée. Plus jamais. »

Alors là c’est sûr. Si ça s’est passé comme cela, c’est certain que toutes les fois où vous recommencerez cela se passera encore de la même façon. Si si ! C’est sûr puisqu’une fois c’est arrivé comme cela, donc cela recommencera forcément pareil…
Ou alors…

 

7, L’excuse « Princesse Princesse (mais genre princesse tu vois ?) » : Moi ? Non, pas besoin… je gère…

Et vous gérez tellement bien que vous n’avez plus que vous à gérer justement.
Votre passé est-il si triste que vous ayez décidé de faire une croix sur l’amour ? Et justement !!! Si ce passé est aussi triste, est-ce qu’il n’est pas plus que temps d’en remettre un peu, de l’amour dans tout ça ?

Vous avez le droit, en tant que princesse blessée, de vous recueillir sur votre amour passé et d’écouter votre souffrance. Il convient cependant de veiller à ne pas s’endormir dessus. C’est un matelas dans lequel vous vous reconnaissez probablement mais vous avez meilleur temps d’en changer !
Alors on pose de côté le masque de la princesse blasée et on endosse celui de la princesse sourire. Ça ne garantira pas l’arrivée immédiate d’un chevalier irréprochable mais ça lui facilitera la quête.

Et franchement ? Sourire ça vous va bien !

Des modes il y en a encore bien d’autres et des solutions, tout autant ! L’amour, la rencontre, c’est un jeu et comme tout jeu ce n’est pas forcément connaître toutes les règles qui garantit la victoire, pas plus que tricher et encore moins compter sur une faute du partenaire… Pour gagner, il faut d’abord accepter de jouer et, une fois en jeu, accepter de peut-être perdre. Pour une belle rencontre, c’est la même chose, il vous suffit de vous y mettre. Pleinement. Réellement. Sincèrement. Mais surtout… de vous y mettre !

 

Alban Giacobino

 

Alban Giacobino est coach de vie, comédien et improvisateur. Il tient un blog sur le site www.coachgeneve.com et anime sa page Facebook Pragmacoach. Il accompagne et oriente ses coachés dans la bienveillance avec pour spécialité le coaching émotionnel.